Magasins de Proximité, accélération digitale, bio… : Carrefour met le cap sur l’avenir

Trends News suite 5 - Magasins de Proximité, accélération digitale, bio... : Carrefour met le cap sur l'avenir

01 Fév Magasins de Proximité, accélération digitale, bio… : Carrefour met le cap sur l’avenir

Peu après l’annonce de son nouveau partenariat avec Showroomprivé (retrouvez notre analyse dans cet article), Carrefour a annoncé mardi 23 janvier un large plan de transformation. Au programme, la suppression de 2400 emplois, la cession de magasins, mais aussi des investissements lourds dans le digital.

Le groupe Carrefour sur la sellette

Malgré un chiffre d’affaires en légère croissance sur 2017 (+1,6% à magasins comparables soit 88,24 milliards € TTC), Carrefour, à l’instar de la plupart de ses concurrents, rencontre des difficultés, en particulier sur l’hypermarché : un modèle à réinventer pour le 9e distributeur mondial (2e en 2001…)

C’est en effet la rentabilité financière du groupe qui inquiète ses investisseurs. Pour augmenter ses ventes, Carrefour mise sur les prix bas, qui affecte fortement ses marges : le taux de marge opérationnelle est redescendu à 1.1% au 1er semestre 2017, quand il culminait à 3.37% en 2014. Quant à la bourse, le titre du groupe a chuté de 20% en trois ans, pour revenir à son niveau de 2012.

Accélérer sur le digital

Mais c’est sur le digital que Carrefour a le plus de retard à rattraper (voir notre article sur la nomination de Marie Cheval en tant que Chief Digital Officer). Alors qu’Alexandre Bompard faisait sa conférence de presse, Amazon annonçait l’ouverture au public de son magasin sans caisse Amazon Go, à Seattle. Un enjeu qu’Alexandre Bompard a bien saisi grâce à son expérience chez Fnac-Darty. Aussi, le nouveau n°1 de Carrefour  prévoit d’investir 2,8 milliards d’euros dans le digital, sur cinq ans. Une somme qui permettra de lancer, dès cette année, la plateforme Carrefour.fr, qui regroupera toutes les offres du groupe. La marque Ooshop, elle, sera abandonnée.

En Chine, le groupe annonce son alliance avec Tencent, grand rival d’Alibaba, et Yonghui, 4ème acteur de la grande distribution dans le pays. Ces alliances s’ajoutent aux nombreux partenariats entre retailers et pure-players annoncés ces derniers mois, à l’image de celui d’Auchan avec Alibaba, Walmart avec JD.com, Monoprix et Ocado et potentiellement Monoprix et Amazon Prime.

Réduire la surface des hypermarchés au profit de la proximité

Sur l’épineuse question des hypermarchés, Alexandre Bompard a tranché : les surfaces seront réduites, d’au moins 100 000 mètres carrés d’ici 2020, soit 5% de la surface totale. Le géant marche ainsi dans les pas de Casino, qui a pris la même voie il y a plusieurs années (avec succès). L’espace libéré pourrait être réaffecté à des zones de préparation de commandes web, à des Promocash ou à des magasins partenaires (comme Casino a pu le faire avec H&M notamment).

En contrepartie, Carrefour prévoit l’ouverture de 2000 surfaces de proximité dans le monde, notamment en Europe, et en plaçant un accent tout particulier sur le bio dont le groupe prévoit 5 milliards de ventes en 2022 (contre 1,3 en 2017). C’est dans cette optique que Carrefour a racheté le site e-commerce de produits biologiques Greenweez en 2016. Ces ouvertures doivent néanmoins être mises en relief avec les 273 magasins Dia que Carrefour prévoit de céder.

Enfin, sur le non-alimentaire, Carrefour compte développer de nouveaux partenariats, à l’image des synergies à l’achat conclues avec l’ex-employeur de M. Bompard, Fnac-Darty. Pour ce qui est des partenariats à la vente, le groupe pourrait envisager de proposer à des marques des corners dans ses magasins.

Retrouvez l’analyse de Jérôme Gayet, PDG de B.D.C., sur la BBC le 23 janvier :